Le coming out

Révéler votre homosexualité n’est pas un événement anodin. Cela doit être l’aboutissement d’une réflexion et d’une préparation et va avoir des répercussions aussi bien pour vous que pour votre entourage.
Etre un minimum à l’aise avec votre orientation sexuelle est essentiel, tout comme avoir surmonté votre propre réprobation: le coming out ne doit pas être perçu comme la réponse ou la solution à vos questions et à vos doutes.
Il semble donc important de prendre le temps de vous connaître et de vous accepter avant de partager votre orientation sexuelle avec votre entourage.

Les questions à se poser

Voici une série de questions qui permettent de vous interroger et, par la suite, de prendre la décision de vous dévoiler ou non:
Etes-vous à l’aise avec votre orientation sexuelle?
Etes-vous soutenue par un(e) confident(e), un(e)/des proches, une association pour vous aider dans cette démarche?
Pourquoi souhaitez-vous dévoiler votre orientation sexuelle à cette personne en particulier?
Etes-vous assez proche? Comment qualifieriez-vous votre relation?
Dépendez-vous financièrement de cette personne?
Quelles sont généralement ses réactions sur des sujets controversés qui vous concernent?
Avez-vous anticipé toutes les réactions que pourrait avoir cette personne suite à votre confidence?
Serez-vous patiente avec cette personne face à d’éventuelles réactions négatives?
Vous sentez-vous assez informée pour contrer de fausses croyances liées à l’homosexualité?

Pour les femmes en couple et/ou avec des enfants, d’autres questions doivent s’ajouter:
Faut-il oui ou non l’annoncer aux enfants, et si oui, quand et comment?
Vous sentez-vous assez forte pour affronter leurs réactions négatives?
Dépendez-vous financièrement de votre conjoint? Quelles sont vos autres ressources financières?

Comment faire son coming out

Deux possibilités: le face à face ou l’écrit. Le téléphone présente le risque de se faire raccrocher au nez sans avoir eu le temps d’aller jusqu’au bout de son annonce.

Face à face: il n’y a pas de recette miracle, juste quelques conseils de bon sens. Etre disponible, ne pas prendre d’autres rendez-vous car le temps de discussion nécessaire avec la ou les personnes peut varier.
Une personne de confiance peut toujours être utile comme modérateur pour réfréner les réactions de la ou des personnes.
Prévoir un endroit où vous réfugier si cela est nécessaire.

Par écrit: la poste ou le courriel présentent l’avantage de ne pas être interrompue pendant l’annonce et/ou être confrontée à une réaction vive. Toutefois, il est indispensable de vous préparer aux questions qui risquent d’être posées lors de la prochaine rencontre avec la ou les personnes destinataires du courrier.

Et après?

Il aura fallu parfois des nuits d’insomnies, des semaines, des mois, des années pour vous décider à ce coming out. Maintenant, ce sont peut-être les autres qui ont besoin de temps.
Aucune personne (famille, ami-e, collègue de travail) ne sera jamais assez préparée à ce type d’annonce et certaines de leurs réactions sont donc compréhensibles.
Attention, les agressions (verbales ou physiques) ne sont pas excusables pour autant. Il faudra se préparer à la perte de certains ami-e-s mais également parfois, à d’éventuelles confidences d’autres personnes qui en profiteront pour annoncer leur attirance pour les personnes du même sexe!
Dans tous les cas, après cette révélation, il vaut mieux éviter de laisser s’installer le silence, la gêne et les non-dits et toujours préférer parler de votre vie, de vos rencontres et de vos amours avec votre entourage et rester à leur écoute.
L’association Contact* peut aider vos parents à comprendre et à mieux accepter votre homosexualité.

*Contact
84, rue Saint-Martin / 75004 Paris
tél.: 01 44 54 04 70
fax: 01 44 54 04 80
contact.famille.homo@wanadoo.fr
http://contact.france.free.fr



<<< retour











"Depuis peu j'ai annoncé à ma meilleure amie que j'étais lesbienne. Sur le coup elle ne m'a pas cru et depuis a changé envers moi, dans son comportement et cherche même à vouloir me changer, à me reconvertir. Elle me dit qu'elle est gênée et qu'à cause de ça elle va me perdre. Je ne comprends pas très bien pourquoi, mais bon! Je me demande si elle va l'accepter enfin (ça fait trois mois qu'elle le sait). Je sens qu'elle a honte pour moi. Je pense que tout cela dépend de l'ouverture d'esprit des gens." (Rachel)


















"J'ai dit à mon grand frère que je suis lesbienne. Il l'a bien pris. Au début il voulait savoir avec qui j'étais, mais quand je lui ai dit que j'étais célibataire, il m'a dit qu'il faut que je sorte avec une fille pour en être sûre. Il m'a dit que si ça me faisait du bien de l'avoir dit, "c'est cool", et même qu'il avait déjà eu des expériences avec des mecs quand il avait 17-18 ans.
Ca ne le dérange pas, mais je regrette trop! Maintenant je n'arrive plus à le regarder en face parce qu'il connaît mon "secret", et vu que je passe les trois quarts de mon temps avec lui et nos amis, ça me fait bizarre!
Je le regrette, et je n'arrive pas à être satisfaite de ce que j'ai fait! Je me questionne encore plus sur ma sexualité, sur mes sentiments, pourtant je sais que je n'aime pas les hommes...
Après l'avoir dit, j'ai eu des nausées, c'est quand même spécial. Pourquoi je n'arrive pas à en être fière?"
(Sandrine)